L'Empire Mosaïque.

Tome I : La cavalière brune.

000~ Prologue

Tout a commencé dans un noir d’encre. Un noir de la couleur de l’océan dans la plus profonde des nuits. La plus profonde des cryptes. La plus profonde des grottes englouties.

La roche était humide et froide. Sur le rocher, le vent déposait des traces d’écume, rubans de pluie venus des vagues qui s’empressaient de mourir là. Le froid pourtant n’était pas si vif sur la terre ferme ; mais la tiédeur de l’air se laissait rafraîchir par les milliers de gouttelettes envolées de la mer.

Le vent apportait aussi son lot de parfums. L’odeur forte et familière, et pourtant toujours aussi enivrante, de l’océan. L’odeur des algues et du sel ; les senteurs de tout ce que l’eau recèle. Et puis… L’odeur du souffre.

C’est dans une explosion de sons que le silence fut rompu. Ce fut un rugissement mêlé d’un grondement profond, comme un ou plusieurs fauves qui auraient été tirés de leur sommeil par un cauchemar insupportable.

Et tandis que le grondement déchirait l’air, une lumière vive, brûlante, hurlante, jaillit de la montagne. Des formes monstrueuses chevauchaient des rubans enflammés, sous une galaxie de braises venue éclipser les étoiles. Les Enfers se déversaient sur le monde. Tous les Enfers de tous les autres Mondes se déversaient sur celui-ci.

Et sur Ariane dont le visage… les membres… les mains et les yeux… le ventre et le coeur… dont tout le corps n’était plus que frayeur. Une peur violente… disloquante.

Une peur venue dissoudre ses pensées dans un infini vide. 

No Comments

No comments yet.

RSS feed for comments on this post.

 

j'ai une algoneurodystrophie |
unkind |
Tendresse Éternelle |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | binsle120
| Univers sans lisse
| Les ANIMAUX et leurs MESSAGES